srpski  
 
  Contact     Plan du site  
 
 
  Agenda
 
Calendrier
Cinéma
Musique
Arts de la scène
Littérature
Arts visuels
Débats d’idées
Science
Éducation
Francophonie
Archives
   
 
LETTRE D'INFORMATIONS  
 
Facebook
Photos
Vidéo  
 
NOVI SAD  
 
NIŠ  
 
PARIS  
   


 
     
  Arts visuels
 
 




 
Techno : le corps ultra connecté ?

Du 25 mai au 30 juin 2017
Institut français de Serbie, Knez Mihailova 31, Beograd

Bracelets, montres, balances, lecteur de glycémie... les objets connectés de bien-être et de santé se développent. Ils sont de plus en plus accessibles et participent à une prise en charge différente de certaines maladies et à une prévention personnalisée des risques.

Grâce à ces objets connectés et au développement d’applications web, il est désormais possible d’auto-mesurer certains paramètres physiologiques, de les analyser et de les partager. Cette révolution technologique qui rend le corps toujours plus connecté soulève aussi des interrogations à l’heure de la démultiplication de ces données personnelles dans le domaine de la santé et du bien-être.

L’exposition Techno : le corps ultra connecté ? d’Universcience vous invite à explorer ces nouvelles technologies au service de la santé, leurs répercussions dans la relation médecin-malade et en termes de santé publique.

  haut de page          



 
Serbie, guerre et affiches

Dans le cadre de la célébration du Centenaire de la Grande Guerre

Du 10 mai au 2 juin
Musée des arts appliqués, Vuka Karadžića 18

L'Institut de l'histoire de la publicité et le Musée des arts appliqués de Belgrade organisent une exposition de reproductions d'affiches et de dessins produits par trois artistes : Théophile Steinlein, Samson Tchernov et Malvina Hoffman pendant la Première guerre mondiale. Ces œuvres servaient à l’époque d’outils de communication chez les alliés - la France, la Grande Bretagne et les Etats-Unis, pour une levée de fonds en faveur de la Serbie.

L'exposition montre également le processus de la création de l'affiche « Journée Serbe » de Théophile Steinlein, partant du tableau qui fait partie de la collection du Louvre, jusqu’à son expression finale.
L'auteur de l'exposition, Vladimir Ceh, directeur de l'Institut de l'histoire de la publicité, a souhaité de cette manière évoquer l'amitié de la Serbie et des alliés.
Par ailleurs, l'exposition sera accompagnée d'une monographie qui rassemble les œuvres présentées, accompagnées de textes historiques.

Cette exposition est le troisième volet d'une trilogie illustrant la puissance de l'affiche, seul outil de communication massive il y a cent ans.

L'exposition a été réalisée avec le soutien du Ministère de la culture et de la communication de la République de Serbie, de l'Institut français de Serbie et de l'Ambassade des Etats-Unis en Serbie.

  haut de page          



 
EXPOSITION / CONCERT
Nuit des Musées à l’Institut français de Novi Sad

Samedi 20 mai - de 18h à minuit
Novi Sad, Institut français de Serbie, Pašićeva 33

La France est le pays dont la capitale est surnommée ’la Ville lumière’, le pays où les Lumières sont nées et où se déroule la Fête des lumières! C’est pour cela que cette année notre programmation durant la Nuit des Musées sera placée sous le signe de la lumière ! Nous commencerons avec la représentation du spectacle „Lucky Luke“ de la troupe de l’Institut français et nous continuerons avec l’exposition de photographies réalisées avec la technique du ’light painting’ et des ateliers créatifs pour les enfants et les adultes. La soirée se terminera par un concert de musique francophone et des projections de court métrages.

  haut de page          



 
EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
Klavdij Sluban - East to East

Jusqu’au 22 mai
Belgrade, Institut français, Knez Mihailova 31

En partenariat avec le Centre culturel de Belgrade
Dans le cadre du Mois de la photo de Belgrade

« Le photographe Klavdij Sluban vient de la moitié d’Europe séparée, il est habitué aux enclos et aux barreaux. Il a voulu aussi enseigner la photographie en prison. Avec ce livre, il visite l’Est, un ex monastère. (...) Le photographe se déplace à pied à travers les villes d’un Far East abandonné… Où sont passés les habitants ? Il en reste quelques-uns, emmitonnés dans le brouillard, quelques bêtes en fuite ou le dos au mur. A la recherche d’êtres humains, le photographe insiste au-delà de l’Europe, il pénètre en Asie, Russie, Mongolie, Chine, avec le transsibérien, mais il ne rencontre aucune densité humaine. Partout, la géographie prédomine et rend l’espèce humaine négligeable. (…) Plus qu’un cheminement vers un Est considéré comme un temps précédent, le voyage du photographe pénètre un futur, ouvre une brèche dans son mur. Le photographe visite l’Est en pèlerin qui interroge un oracle. Il en obtient des visions au milieu de vapeurs et de fumées.. (...) » Erri De Luca

Klavdij Sluban est un photographe français d’origine slovène, né à Paris en 1963. Il est lauréat du Prix de Photographie de l'Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France 2015, de la Villa Kujoyama 2015, du prix European Publishers’ Award for Photography 2009, du prix Leica 2004, du prix Niépce 2000, de la Villa Médicis Hors-les Murs1998.

Sluban mène une œuvre personnelle rigoureuse et cohérente, ce qui en fait un des photographes-auteurs majeurs de sa génération. Souvent empreints de références littéraires, ses cycles photographiques, en marge de l’actualité immédiate, traitent du monde contemporain avec une écriture photographique singulière et reconnaissable à ses noirs profonds. Les Balkans, l’ex-Yougoslavie, la mer Noire, l’ex-Union Soviétique, les Caraïbes, la Chine, l'Amérique centrale, les îles Kerguelen, le Japon… peuvent se lire comme une rencontre de la réalité du moment et le sentiment intérieur du photographe dromomane. L’intensité de son écriture poétique recèle une droiture et une justesse exemptes de tout didactisme ou exotisme.

Depuis 1995, Klavdij Sluban photographie les adolescents en prison. Partageant sa passion, il organise des ateliers photographiques auprès des jeunes détenus. Cet engagement, commencé en France (Fleury-Mérogis) avec l’implication d’Henri Cartier-Bresson, durant sept ans, ainsi que de la participation ponctuelle de Marc Riboud et William Klein, s’est poursuivi dans les camps disciplinaires des pays de l’Est, en ex-Yougoslavie (Slovénie, Serbie) et en ex-Union Soviétique (Ukraine, Géorgie, Moldavie, Lettonie, Russie), puis en Amérique centrale auprès des gangs, les maras. En 2015, il a commencé à photographier les adolescents en prison à Sao Paulo au Brésil.

Au travers de ses cycles au long cours, Sluban questionne la problématique des espaces clos dans les pays, îles, prisons où l’espace et le temps sont condensés. Les travaux de Klavdij Sluban sont exposés dans les institutions majeures, notamment ces dernières années au National Museum de Singapour, au Musée de la Photographie à Helsinki, au Musée des Beaux-arts de Canton, au Metropolitan Museum of Photography de Tokyo, au Museum Texas Tech, États-Unis, aux Rencontres d'Arles, à la Maison Européenne de la Photographie, au Centre Pompidou/Beaubourg, à Paris… En 2013, le musée Niépce lui a consacré une rétrospective, Après l'obscurité, 1992-2012.

Il a publié de nombreux ouvrages dont Entre Parenthèses, Photo Poche, (Ed. Actes Sud), Transverses (Ed. Maison Européenne de la Photographie), Balkans Transit, texte de François Maspero, (Ed. du Seuil). Transsibériades / East to East, prix EPAP 2009 publié par six éditeurs européens.

Klavdije Sluban conduira des ateliers de photographie qui seront organisés en partenariat avec le Centre culturel de Belgrade.

A voir :

  • Une vidéo sur l'oeuvre de Klavdij Sluban, avec Henri Cartier-Bresson
  • Une interview vidéo où il explique son travail avec les adolescents en prison ainsi qu'un texte sur le même sujet.
  • Un reportage sur l'exposition Vivre en exil présentée à la Maison européenne de la photographie
  • Son exposition Transsibériades au Festival d'Arles.
  haut de page